SAVARY Alain

24/04/1918

Grade : lieutenant de vaisseau

Unité : RFM

 

Français Libre

 

À propos

Lieu de naissance : alger

Ralliement : londres (juil.-40)

Lien compagnons

 

Écrits

Fin 1943, je ralliais le 1e Régiment de Fusiliers-Marins installé à METLINE, près de BIZERTE. Je fus affecté au 2e Escadron commandé par le Lieutenant de Vaisseau SAVARY.

C’était un très jeune homme, 25 ans à peine. Cette jeunesse le gênait un peu car certains de ses lieutenants, chefs de section étaient plus âgés que lui.

Après de brillantes études, notamment à l’Institut des Sciences politiques, Alain SAVARY avait servi dans la Marine notamment à bord du croiseur "Georges Leygues". Il était devenu Commissaire de 2e Classe de réserve

Dès l’été 1940, il ralliait la France Libre et se présentait à l’ Amiral MUSELIER, Commandant les Forces Navales Françaises Libres. MUSELIER fit de cet homme, si jeune, un enseigne de vaisseau et son aide de camp.

En 1941, SAVARY suivit son patron à ST PIERRE & MIQUELON etparticipa, activement, au ralliement de l’Archipel à la France Libre. Ses connaissances administratives et juridiques allaient faire merveille dans ce petit territoire. Il en devint, pratiquement, le gouverneur... à 23 ans.

Mais il voulait se battre contre l’occupant de la Métropole et en 1943, le lieutenant de vaisseau SAVARY rejoignait le 1e Bataillon de Fusiliers-Marins à ZUARA en Libye. En Tunisie, il prenait part dans la formation du 1e R.F.M. devenu Régiment de Reconnaissance de la 1e Division Française Libre. À BOU FICHA, SAVARY apprit son métier de "Cavalerie de Marine" puisque le Régiment allait jouer le même rôle que les Chasseurs d’Afrique ou autres cavaliers motorisés.

Quand il était content, Alain SAVARY se frottait les mains et disait : " Parfait, c’est parfait ! ".

En Avril 1944, la D.F.L. passe en Italie et participe, brillamment à partir du II mars, à la victoire du GARIGLIANO. SAVARY, à la tête de son Escadron - le 2e - se distingue tout le long de la campagne, à SAN GIORGIO a LIRI, au Mont LEUCIO, sur la route de PONTECORVO et de SAN GIOVANNI. Il combine l’audace avec, quand il le faut, la prudence. Il ménage la vie de ses hommes quant à lui, il court en jeep sans souci du danger. Mais il a, bien sûr, la baraka.

L’ennemi allemand est coriace et se bat bien. Les pertes à la D.F.L sont lourdes. À GUIDONIA, près de Rome, le 2e Escadron perd un de ses chefs de peloton SILVY qui volait au secours d’un détachement canadien. Alain SAVARY était devenu à St Pierre et Miquelon l’ami de SILVY. Pauvre SILVY, amoureux de la musique, on ne l’entendra plus gratter sa chanson : "Un soir à la Havane ! Un tout petit négro " Jouait dans sa cabane " Du banjo " .Mais la poursuite des Allemands, au Nord de Rome continuait. Le 2e Escadron se distingue à MONTEFIASCONE, BOLSENA, ACQUAPENDANTE et sur la route de RADICOFANI.

Le 18 Juin 1944, la 1e D.F.L. est retirée du front et gagne l’Italie du Sud pour préparer le débarquement en France. Alain SAVARY a été nommé Compagnon de la Libération.

Embarqué à TARENTE ou à BRINDISI, la Division débarque à la CROIX VALMER le 16 Août. Deux jours plus tard, le 2e Escadron est engagé au Pas du Cerf, près de la Londe des Maures. Il se distingue aux Tuilleries, à la CRAU. Le 22 Août, il relève le 4e Escadron qui a subi de grosses pertes à La Moutonne. Le 2e Escadron combat au Pradet, en direction de La Garde et participa à la prise du Fort de Sainte Margueritte à l’entrée de Toulon où 500 Allemands se rendent.

Traversant le Rhône à Arles, le 2e Escadron effectue une mission de présence à VAUVERT, MONTPELLIER, BEZIERS. Il contribue à l’apaisement entre résistants de diverses tendances. Quelques pastis bus entre Français Libres, F.F.I. et F.T.P. ont fait merveille.

Et puis, la Division file vers le Nord et le 2e Escadron pénètre dans Lyon évacué à la hâte par les Allemands. Mais dans la capitale rhodanienne, une fantasia, une guéguerre éclate un peu partout. Au coeur de Lyon, Alain SAVARY travaille dur pour calmer les esprits.

Quelques jours plus tard, le 2e Escadron file sur Autun pour couper la route à une forte colonne allemande venue du Sud-Ouest et qui s’efforce de gagner Belfort. Les trois pelotons de combat se battent contre des for ces très supérieures mais le lendemain, SAVARY et le 2e peloton que je commande entrent bons premiers à Autun. Le 1e peloton de COLMAY et de DURAND poursuit les Allemands en fuite vers le Nord et charge comme au temps de MURAT et de NEY, faisant beaucoup de morts et une cinquantaine de prisonniers.

Le 21 Septembre, c’est le jour historique de la liaison entre un détachement de la 2e D.B. à NOD/Seine venu de Normandie via Paris et de la 1e D.F.L., débarquée en Provence. SAVARY laisse la gloire de cette journée à l’Officier des Equipages COLMAY et au Premier Maître MOREL.

La guerre continue aux approches des Vosges et de Belfort. Le 2e Escadron mène un combat difficile dans la forêt de Clairegoutte et le bois de La Nanue. Les Allemands ont barré les chemins forestiers avec des troncs d’arbres truffés de mines. Une nuit, un automoteur allemand arrose le campement de l’Escadron en pleine nuit.

Mis au repos près de BESANCON, le 2e Escadron apprend que SAVARY le quitte. Départ pour PARIS le 6 Novembre où SAVARY désigné par le Général de GAULLE va représenter les Compagnons de la Libération à l’assemblée Consultative. Le 16 Novembre l’Officier des Equipages de 1e Classe COLMAY prend le commandement du 2e Escadron, le lieutenant de Vaisseau SAVARY étant désormais retenu à Paris par les obligations de sa charge.

Le reste, c’est l’engagement politique d’Alain SAVARY marqué par des succès et des échecs. Ce n’est pas notre affaire... les politiques l’oublieront mais l’on aura toujours - nous en sommes sûrs - une pensée pour lui à Saint Pierre et Miquelon et chez les marins du 1e R.F.M. 

Quant aux Tunisiens, ils se souviennent qu’Alain SAVARY avait négocié le dossier de l’Indépendance tunisienne depuis plusieurs années, une rue de TUNIS, où il comptait de nombreux amis, porte son nom.

Le 19 FEVRIER 1988 à ST GENIES des MOURGUES (Hérault) au cours du repas amical clôturant l’A.G. Héraultaise D.F.L. une minute de silence a été observée à la mémoire d’Alain SAVARY par le Président Maurice GILLES

Maxime DURAND a rappelé la présence du Lt de Vaisseau Alain SAVARY au 2e escadron des F.M. qui fut son chef. . .

et notre ami René RIBOT ancien de l’ACONIT le séjour à ST PIERRE et MIQUELON et son arrivée, avec Alain SAVARY, au 2e Escadron du 1e R.F.M. fin 1943.

Le Combattant de la 1 D.F.L n°76 Mars-Avril 1988