DUCHENE Jacques

17/10/1923

Grade : souslieutenant

Unité : BIMP

 

Français Libre

 

À propos

Profession : etudiant

Ralliement : londres (juil.-40)

Mort pour la France

Lieu de décès : Alpes maritimes

Cause de la mort : avant dernier cadet tué au cours du conflit

Sépulture : Escarène Plaque monument aux morts de silvarouvres

 

Écrits

Le Sous-lieutenant DUCHENE Jacques mort pour la France au combat de l’AUTHION le 10 avril 1945

Tout jeune il a quitté la France en l’été 1940 pour passer la Manche et gagner l’Angleterre afin d’entrer en guerre pour la libération de son pays.

Dès qu’il a achevé sa formation d’officier, Duchêne est désigné pour servir au Pacifique en remplacement d’un cadre d’activé indispensable dans les troupes mises sur pied, tandis que lui-même complétera sa formation d’officier. Il y acquerra une expérience préalable à l’exer-cice d’un commandement en situation de guerre.

C’est ainsi que quelques mois plus tard, revenu du Pacifique, il sera affecté comme chef de section au Bataillon du Pacifique en service au Moyen-Orient, puis en Afrique du Nord, et en Italie. Il participe aux opérations du Débarquement de Provence dans les rangs du Bataillon d’Infanterie de Marine et du Pacifique, puis a la campagne d’Alsace.

Lors de l’attaque de la 1e D.F.L. dans les Alpes-Maritimes il remplace le lieutenant SALVAT a la tête d’une section de la 1e compagnie chargé d’effectuer l’attaque frontale contre le Massif fortifié de l’Authion, le 10 avril 1945.

Dès le premier assaut ou il entraîne énergiquement sa section a la conquête d’un piton culminant à 2 068 mètres, dont la possession est indispensable pour couvrir le reste de la manœuvre, Duchêne est blessé au ventre. Ses hommes veulent le relever pour le placer en position abritée, il refuse d’être évacué et prescrit à tous de poursuivre l’attaque jusqu’à son terme, sans se soucier de lui.

L’ennemi déclenche un tir de mortiers sur la position.

Nul ne reconnaîtra le lieutenant DUCHENE, bien que, pour quelques instants, le corps du Caporal PECRO, mortellement frappé et tombé sur te corps de son chef, l’ait temporairement protégé.

DUCHENE, PECRO tous deux étaient des volontaires de Juin 1940.

Citations

Dans son étude "l’Authion, signification d’un sacrifice", le général E. Magendie rend hommage aux combattants du BIMP tombés à l’Authion en avril 1945. Parmi ceux ci, Jacques DUCHENE. En exergue de cet hommage figure ce texte ainsi qu’un poème choisi par Edmond Magendie :

En témoignage de notre sentiment de fierté, je veux rendre un hommage particulier aux hommes du Bataillon d’Infanterie de Marine et du Pacifique dont j’ai pu apprécier le sens de l’honneur et du devoir à la lumière de situations exceptionnelles dans lesquelles certains d’entre eux se comportèrent héroïquement  "

Les Meilleurs

La mort parfois semble un éclair d’été,
dans sa lueur livide et muette apparaît
plus clairement l’ordre des destinées :
Ce sont les meilleurs qui tombent.

Les meilleurs meurent en prison,
Ils sont abattus par les balles,
Engloutis par les vagues.

Les meilleurs ne construisent pas l’avenir
Ils se donnent totalement en mourant.

Ils ne veulent pas de nos regrets ; ils veulent survivre par notre foi.

De les avoir connus, en vérité, chacun se sent plus riche.

La terre est pleine de leur passage.

Ils survivent en d’autres êtres et nous graverons sur leur tombe :
"Les meilleurs ne nous quittent pas"

Capitaine Nordhal GRIEG
R.A.F. Norvégienne (Libre)
abattu par la suite le 3/12/43