Mai : 4.091 visites  12.999 pages vues

La 1ère Division Française Libre fut composée, notamment, des premiers soldats du Général de Gaulle qui répondirent "PRESENTS" à l'Appel du 18 juin 1940.

Le site de l'Amicale souhaite faire connaître au plus grand nombre l'action de la 1ère D.F.L., à travers un parcours de mémoire autour des campagnes, des unités et des hommes de la Division. Nos Anciens, leurs familles, nos sympathisants  contribuent à l'enrichissement de ces connaissances par les témoignages, photographies et documents qu'ils nous adressent.

ACTUALITE DE L'AMICALE...

SUR LES PAS DE LA 1ère DFL EN PROVENCE

Comme Ulysse, nous avons embarqué pour un long voyage, sans savoir si nous allions arriver au port. Si les vents n’étaient pas contraires, les agents de la SNCF avaient fait de leur mieux pour transformer ce qui aurait pu être une simple aventure en parcours du combattant. Que dire quand on représente la 1ère Division Française Libre ?

 

Après la journée de l’ADFL, le 11 juin à l’Arc de Triomphe, honorée de la présence du secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, qui une fois encore nous a témoigné de son amitié, nous avons pris le train des quatre coins de France pour nous retrouver à la Légion d’Aubagne. Par tous nos moyens, train, voiture, autocar, nous avons fini par arriver au port où Yvette nous avait fait préparer un repas d’accueil somptueux. Les restaurateurs, nous avaient attendus, comme le car, malgré nos 5 heures de retard.

Dès le lendemain, nos hôtes légionnaires nous attendaient et nous retrouvions quartier Vienot les voyageurs de Provence qui se joignaient à nous. L’assemblée générale, présidée par les colonels Robédat et Billard, tous deux Vice-Présidents de l’ADFL, fut un moment de repos avant la visite passionnante du Musée de la Légion. Après le repas, nous nous sommes dirigés vers l'Institution des Invalides de la Légion Étrangère de Puyloubiers où nous avons rencontré quelques pensionnaires et visité l’important musée fort bien achalandé.

Après quelques achats, nous sommes repartis vers Fréjus, pour le dîner et la nuit car le 14 juin s’annonçait une journée chargée.

En effet, aidés par le colonel F. Schild et nos amis du Souvenir Français, nous avons enchaîné plusieurs cérémonies : une visite de la Nécropole de Boulouris en présence de Mme Dumont, Conseillère Générale du Var, avec dépôt de gerbe en présence de nombreux porte-drapeaux, une cérémonie avec dépôt de gerbe au Monument à l’Armée Noire à Fréjus et enfin une visite au Musée des Troupes de Marine que nous avait préparée le chef de Bataillon P. Roudier. Après un rapide et délicieux repas à Cavalaire, nous avons déposé une gerbe au monument à la 1ère Armée, puis en présence de M. Grima, un de nos anciens, nous avons déposé une gerbe au monument de la 1ère DFL à La Croix-Valmer. Toutes ces cérémonies ont pris fin au centre Culturel de Saint-Raphaël où nous avons été accueillis en invités d’honneur avec une superbe haie de drapeaux, à l’inauguration d’une exposition sur le débarquement de Provence, fort bien conçue.

Nous sommes alors repartis vers Toulon pour un dîner sous les tonnelles du restaurant « la Coquette » et une nuit à l’hôtel.

 

Base navale de Toulon
Base navale de Toulon

Le dimanche 15 juin, nous avons visité la base navale à l’invitation du commandant Bakris et de son adjoint, leur remorqueur étant membre de l’ADFL. Le déjeuner au cercle de la Marine a été suivi par un tour des stèles à la 1ère DFL à La Garde et au Golf Hôtel de Hyères où nos anciens se sont battus avec de nombreuses pertes.

Le dîner sur le port fut calme car la plupart des toulonnais avaient préféré regarder le 1er match de l’Equipe de France de football à la télévision.

 

Stèle 1ère DFL à Hyères
Stèle 1ère DFL à Hyères

Le lundi, notre odyssée reprit avec l’incertitude des horaires de trains. Nous avons changé les plans de certains d’entre nous et d’autres se sont proposés pour raccompagner les anciens qui habitaient sur leur route. En fin d’après midi, nous étions presque tous arrivés à bon port, heureux et épuisés et la tête pleine de bons souvenirs.

 

Merci à tous ceux qui nous ont aidés. Merci à tous les participants de leur compréhension et merci aux organisateurs de leur travail.

 

JOURNEE COMMEMORATIVE DE LA DFL / 11 JUIN

C’est sous un franc soleil que nous nous sommes retrouvés au mess des Invalides, vers 12h30. Nous étions venus nombreux, près de 70, réunis autour de quelques invités d’honneur : le chancelier de l’Ordre de la Libération, Fred Moore, l’ex-adjointe à la mairie de Paris, Odette Christienne, le vice-président national du Souvenir Français, le colonel (H) Bernard Chopin, etc. On reconnaissait de nombreux fidèles : G. Favreau, R. Nordmann, M. Gabriel, M. Benamou, I. Benkemoun, R. Marbot, H. Brosset et bien d’autres.

Le Président Murati était accompagné du vice-Président, le colonel Michel Billard, adjoint au général commandant la 1ère Brigade Mécanisée.

 

Après un délicieux repas, nous prîmes un car pour rejoindre le monuments aux morts de la 1ère DFL et au général Brosset, près du pont Bir Hakeim. Là, une brève cérémonie s’est tenue. Une gerbe a été déposée par Fred Moore, Roger Nordman et Marcel Gabriel.

Puis nous nous retrouvâmes place Maillot, devant le monument à la mémoire du général Koenig réalisé par le sculpteur Mathieu, où nous fûmes rejoints par A. Maniscalco, porte-drapeau d’honneur, J. Rouane, et quelques autres. La gerbe fut déposée par M. Benamou, H. Brosset et J.M. Boris. Après la minute de silence, nous entonnâmes une tonitruante Marseillaise.

Nous nous dirigeâmes alors vers l’Arc de Triomphe où chaque année l’ADFL procède au ravivage de la Flamme.

 

Le colonel Billard avait organisé la cérémonie. Prirent place les fanfares du 1er Spahi et du 1er Régiment de Tirailleurs en tenues de tradition, une section d’honneur et la garde du 1er RAMA commandé par le colonel C. Malod, plusieurs école de Bougival, la Celle Saint Cloud, avec leurs maires, des élèves d’une école de province, et un petit groupe d’une association d’enfants d’immigrés de la Seine-Saint-Denis.

 

Etaient présents le Chancelier de l’Ordre de la Libération Fred Moore, le général B. Dary, le général C. Charpentier, Gouverneur Militaire de Paris.

A 18h30, le Secrétaire d’Etat chargé des Anciens Combattants Kader Arif ouvrit la cérémonie. Après une brève revue des troupes, la fanfare entonna successivement la Marseillaire et l’hymne américain, The Star Spangled Banner.. Puis l’on procéda au ravivage de la flamme et plusieurs gerbes furent déposées. Noel Murati entouré de Fred Moore et du colonel Billard a déposé la gerbe de l’ADFL. M. Kader Arif et le général Dary ont aussi procéde au dépôt d’une gerbe. De nouveau, après une minute de silence retentit la Marseillaise.

Les autorités allèrent saluer les présents les participants et les porte-drapeaux. Puis après les traditionnelles photographies, elle signèrent le livre d’or et remercièrent les chefs d’unité pour leur travail.

 

Ainsi se conclut le jour de l’ADFL, qui donna le coup d’envoi au voyage commémoratif en Provence qui commençait le lendemain.

 

D DAY 70 ans après...

Parmi les milliers d’invités par la Présidence de la République aux célébrations internationales du D-Day à Ouistreham ce 6 juin, les Présidents d’associations d’Anciens Combattants avaient été conviés. C’est ainsi que je partis ce vendredi matin dès potron-minet pour prendre le train spécialement affrété par la République. Sur le chemin, un vaste drapeau tricolore flottait sous l’Arc de Triomphe, en signe d’hommage de la Nation toute entière.

Dans le train, je reconnus quelques anciens et T. Terrier de la Fondation de la France Libre, Bernard de Gaulle, neveu du général, ainsi que l’amiral Debray. Après un repas dans le train, nous arrivâmes à Caen où des bus nous attendaient pour nous conduire à Ouistreham. Là, d’immenses tribunes étaient dressées, qui se remplirent vite d’anciens combattants, de journalistes et de personnalités dans la tribune présidentielle.

C’est là que je me retrouvai, juste derrière un aréopage de ministres, anciens présidents et ministres, syndicalistes, et invités de marque. Le soleil était de la partie, la mer calme semblait avoir enfin trouvé la sérénité 70 ans après le débarquement. 18 anciens combattants dont l’un membre du commando Kieffer faisaient face à la tribune.

Nous assistâmes alors à l’arrivée du Président de la République, qui accueillit les chefs d’états par ordre d’ancienneté dans sa fonction. Certains allèrent saluer les anciens combattants comme les présidents Poutine, ou Obama, la Reine du Danemark ou la chancelière Merkel. Chacun rejoignait alors sa place au premier rang de la tribune. Lorsque tous furent arrivés et installés, le Président délivra un long discours fort applaudi retraçant le déroulé du débarquement, précisant que l’oubli en était impossible et que la mémoire devait en être perpétuée. Il salua le courage des combattants et des civils, dont beaucoup périrent dans les combats et les bombardements. Il demanda que le site du débarquement soit classé comme Patrimoine Mondial de l’Humanité. Il délivra un message de paix à l’attention des nations et des jeunes générations.

Après que les troupes présentes furent passées en revue, nous pûmes assister à un superbe spectacle, mêlant comédiens professionnels et figurants locaux, sons et feux d’artifice, qui fit l’admiration de chacun. A la fin du spectacle, nous retrouvâmes nos bus, puis notre train. Après un dîner à la place, nous rentrâmes fourbus mais heureux, la tête pleine de souvenirs de cette grande commémoration.

 

Par Pierre Saint-Hillier

En Bretagne

A l’occasion du 70ème anniversaire de la Libération, se déroule sur la commune de Plougonvelin au sein de la Médiathèque (Espace Kéraudy) une exposition intitulée « 39-45 à travers les Livres ».

 

Inaugurée le 6 juin, cette manifestation présente les portraits de 5 héros de la commune : Simone Pagniez, Charles le Goasguen, André Quélen, René Pellen et Roger Priol.

 

Robert Le Guen, Président du Souvenir Français de Plougonvelin et Gildas Le Priol ont réalisé les portraits de deux de nos anciens, Charles Le Goasguen du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains et André Quélen du BM 5 (2ème Brigade).

 

Hommage aux anciens de la campagne d'Italie

Le 2 juin, de nombreux anciens d’Italie se sont retrouvés au ministère des Anciens combattants à l’invitation du secrétaire d’Etat, M. Kader ARIF, pour un hommage aux anciens de la campagne d’Italie.

 

L’ADFL était représentée par son Président, Noël MURATI et Madame Yvette BUTTIN-QUELEN, sa Secrétaire Générale, veuve de deux anciens, dont l’un fut aussi Compagnon de la Libération.

 

Le Ministre a prononcé un discours très applaudi :

 

 

Monsieur le Président du Souvenir Français,

 

Messieurs les Anciens Combattants du Corps Expéditionnaire Français en Italie,

 

Mesdames et Messieurs,

 

La France commémore cette année la Libération du territoire. Voilà 70 ans, des combattants venus de 4 coins du monde, d’outre-mer et des anciennes colonies rejoignaient les combattants métropolitains, avec ou sans uniforme, pour rendre à la France sa Liberté.

 

Vous le savez, plusieurs cérémonies leur rendent hommage. Mardi dernier, nous avons célébré l’esprit de Résistance qui a animé des milliers de femmes et d’hommes. Vendredi, nous adresserons un message de reconnaissance, de remerciement et d’amitié aux partenaires et amis, jadis pays alliés de la France.

 

C’est pourquoi, je tenais aujourd’hui, et par ce « qu’il ne peut y avoir ni ne doit avoir de mémoire perdue », comme l’a souhaité le Président de la République, à rendre un hommage solennel aux hommes qui se sont engagés dans la campagne d’Italie et qui participèrent à la Libération de l’Europe.

 

Cette bataille a en effet marqué une étape essentielle de la reconquête de l’Europe. Elle a marqué aussi la mémoire collective française puisqu’elle a vu s’illustrer le Corps Expéditionnaire Français du général Alphonse JUIN, dont les troupes avaient remporté de grands succès dans la campagne de Tunisie et en Corse.

 

La campagne d’Italie, c’est quoi ?

 

C’est le rassemblement des hommes de la 2ème division d’infanterie marocaine, de la 3ème division d’infanterie algérienne, de la 4ème division marocaine de montagne et de la 1ère division Française Libre ainsi que des goums marocains. Des hommes qui n’ont jamais cessé d’avoir foi en la France et en sa victoire.

 

C’est un peu plus de 7 mois de combats acharnés, de novembre 1943 à juillet 1944. Depuis la prise du Belvédère, qui voit tomber 1350 tirailleurs tunisiens, à la prise de Sienne en passant par la victoire du Garigliano, menée en 15 jours, la libération de Rome, dans la nuit du 4 au 5 juin 44, et les combats de Montecassino et de Radicofani.

 

La campagne d’Italie, ce sont des chefs valeureux. Le général de MONTSABERT, à la tête de la 3ème division d’infanterie algérienne, le colonel LAPPARA, à la tête du 4ème régiment de tirailleurs marocains, le colonel LINARES à la tête du 3ème régiment de tirailleurs algérien, le général GUILLAUME commandant les tabors marocains ou encore le chef de bataillon SAINT-HILLIER, chef d’état-major du général BROSSET commandant la 1ère Division de la France Libre.

 

La campagne d’Italie, c’est aussi le courage et le professionnalisme exemplaires des soldats qui feront déclarer au général américain CLARK, commandant la Vème Armée : « Ces soldats ont ajouté un nouveau chapitre d’épopée à l’histoire de la France. »

 

Alors que l’arrivée du général JUIN à Naples le 25 novembre 1943 passe inaperçue, le général ALEXANDER tient à l’accompagner à son départ d’Italie, le saluant jusqu’au complet décollage de l’avion. Car en 7 mois, le Corps Expéditionnaire Français en Italie avait forcé l’admiration des alliés et écrit une page glorieuse de l’histoire militaire de la France.

 

Le général JUIN dira : « L’armée d’Afrique venue combattre en Italie a marqué la renaissance des armées françaises. »

 

La campagne d’Italie, c’est aussi la fraternité des combattants américains, britanniques, polonais, français tous jetés dans ces combats difficiles. C’est enfin le sacrifice de près de 40 000 tués, blessés et disparus, vos camarades, vos frères d’armes.

 

Mais la campagne d’Italie, par l’héroïsme déployé de nos soldats, par le sang versé des combattants, par la volonté sans faille de leurs chefs, est surtout une page glorieuse de notre histoire militaire. Qui peut dire aujourd’hui ce qu’aurait été l’issue de la Seconde Guerre mondiale sans la campagne d’Italie ?

 

Aussi est-il nécessaire que nos enfants et petits-enfants connaissent cette histoire. Et je sais que vous vous y employez, tous et tout particulièrement vous, monsieur le Contrôleur Général des Armées DELBAUFFE.

 

Le Souvenir Français est aujourd’hui l’héritier de grandes associations, celle de Rhin et Danube, celle aussi du Corps Expéditionnaire Français en Italie. Dans un esprit de responsabilité et de solidarité, il a repris le flambeau en portant la mémoire de ses combattants. C’est ainsi que le Souvenir Français, aux côtés de la Ville de Paris, est à l’initiative de l’inauguration d’une plaque dédiée aux combattants du Garigliano.

 

A vous tous, messieurs les anciens du Corps Expéditionnaire Français en Italie, nous nous devons de rendre un hommage à la hauteur du rôle historique que vous avez joué et de l’esprit de sacrifice dont vous avez fait preuve.

 

Lors de la réception qui a suivi, le Ministre nous a informés qu’il avait obtenu, pour ceux qui n’avaient encore reçu aucune distinction, environ 1.500 Légions d’Honneur, qu’il remettra lors de la commémoration du 15 août.

 

Il souhaite donner un éclat particulier à cette commémoration en y invitant les Chefs d’ Etats Africains. Il envisage une réception sur le porte-avions Charles de Gaulle ainsi qu’une revue navale.

 

Ceux qui souhaiteraient assister à cette manifestation sont priés de nous le faire savoir dans les meilleurs délais, afin que nous puissions préparer les dossiers nécessaires, sachant qu’à partir du 15 juillet à début septembre, les bureaux de l’ADFL sont fermés.

 

 

LANCEMENT DE LA SERIE TELEVISEE "Frères d'armes"

Kader Arif, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, a présidé mercredi 21 mai aux Invalides au lancement de la série télévisée "Ils se sont battus pour la France depuis plus d'un siècle - frères d'armes". A l'aide d'archives inédites et contextuelles, ces portraits racontent le parcours de combattants exceptionnels venus des quatre coins du monde pour se battre aux côtés de l'armée française. Cette série de 50 portraits, de deux minutes chacun, sera diffusée à partir du 30 mai, tous les vendredis soirs, à 22h40 sur France 3 et à 20h40 sur France O. La fin de la diffusion est programmée pour avril 2015.

 

Réalisés par Rachid Bouchareb et écrits par Pascal Blanchard, ces films racontent l'histoire de combattants exceptionnels (Valentin Lindor, Addi Bâ, Romain Gary...) venus des quatre coins du monde pour se battre aux côtés de l'armée française. Si certains sont connus du grand public, comme Joséphine Baker et Roland Garros, la plupart sont inconnus. Tous ont comme point commun d'avoir été des acteurs de la Grande Guerre ou d'un autre conflit majeur. A l'aide d'archives inédites et contextuelles, ces portraits rendent hommage à ces combattants.

 

Le Ministre a tenu à souligner les "parcours exemplaires" et les "destins exceptionnels" de ces combattants et a rappelé que ce projet s'inscrivait parfaitement dans la démarche de "rendre hommage à tous les combattants d'hier, quelque soit leur origine, pour mieux célébrer la France d'aujourd'hui".

 

L’ADFL était représentée par sa Secrétaire Générale, Yvette BUTTIN-QUELEN.

 

Amicale DFL - FAIRE-PART 2014

Roger LUDEAU

Le canonnier fait chevalier (article publié dans Les Nouvelles Calédonienne édition du 19 juin 2014).

 

A l’occasion du 18 juin, Jean Lèques, maire honoraire de Nouméa et commandeur de la Légion d’honneur, a remis, à la mairie, la médaille de chevalier de la Légion d’honneur à Roger Ludeau, ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale.

 

Corine Voisin, la maire de La Foa, s’est excusée auprès de Roger Ludeau : la salle de la mairie est un peu trop petite pour recevoir un tel événement. La cérémonie de remise de la médaille de chevalier de la Légion d’honneur a eu lieu en présence de la famille, des amis, des différents porte-drapeaux, de représentants du bataillon du Pacifique et de leur emblème. Recevoir cette médaille lors de la cérémonie commémorative du 74e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 lancé par le général de Gaulle, le symbole est fort pour Roger Ludeau. Un message qu’il a entendu et qui l’a décidé à s’embarquer sur le Zélandia pour s’engager volontairement pour défendre la France libre au sein du bataillon du Pacifique.

 

Patriote. « J’ai le plaisir de remettre cette médaille à Roger Ludeau, qui la mérite, et le jour du 18 juin est une date dans l’histoire de la France », a expliqué Jean Lèques, avant de dresser sa biographie. Roger Ludeau est l’un de ceux de Bir Hakeim à avoir connu les horreurs du feu et à avoir rempli cette mission avec honneur. Il a participé à la campagne d’Italie et a débarqué en Provence (lire par ailleurs). Après son retour en Nouvelle-Calédonie, il a repris sa vie civile. « Il a tout fait pour faire vivre la mémoire patriotique avec le livre qu’il a écrit* », a lancé Jean Lèques, avant de s’avancer vers Roger Ludeau et de déclarer : « J’ai l’honneur de vous remettre la médaille de chevalier de la Légion d’honneur ». Long moment de bonheur pour Roger Ludeau, lorsqu’il a reçu cette nouvelle médaille et pour cet ancien combattant, l’émotion devenait nettement palpable.

 

Emotion. Il ne s’agit pas de sa première médaille, puisqu’il en a reçu sept, dont la Légion d’honneur, la médaille militaire, la médaille de la Résistance française et celle de la Croix de guerre 1939-1945. Juste avant cette cérémonie, il a même reçu l’insigne de délégation de la fondation de la France libre, des mains de Michel Mourguet, son président. Mais c’est avec une émotion intacte qu’il s’est adressé à l’assistance : « Cette médaille est trop lourde pour moi, je la décerne à tous ceux qui sont morts pour la France ». Ses pensées sont allées ensuite vers sa famille, qui l’entoure chaque jour.

 

Amérique. Cette distinction honorifique, Roger Ludeau, l’accepte bien volontiers d’autant qu’il a appris de Jean Lèques qu’il figurait parmi les promus à la médaille de la Légion d’honneur et il a demandé expressément que ce soit l’ancien maire de Nouméa qui la lui remette. « Il y a deux raisons à cela, la première c’est qu’il est une très vieille connaissance et que j’admire profondément son parcours », a-t-il souligné. La seconde vient de leur passion commune pour les Etats-Unis d’Amérique. Roger Ludeau est d’ailleurs connu pour son engagement à l’attachement et à la reconnaissance de la Calédonie aux Etats-Unis. Un drapeau américain flotte même sur le mât installé à son domicile de la rue Gally-Passebosc. Un combat qu’il continue aujourd’hui de mener.

 

*Carnets de route d’un combattant du bataillon du Pacifique, publié à compte d’auteurs.

 

 

 

Du Quartier-Latin à Bir Hakeim

 

Roger Ludeau est né le 23 décembre 1920 au Quartier-Latin, le « quartier sélect d’alors », à Nouméa. Dans ses premières années, sa famille part aux Nouvelles-Hébrides. Il embarque à 17 ans sur un bateau chargé de nickel comme élève officier et part en mai 1941 pour le front.

 

Lors de la bataille de Bir Hakeim, Roger Ludeau est canonnier anti-char, pendant seize jours, du 26 mai au 11 juin 1942. Il participe par la suite à la campagne d’Italie et aux durs combats de Girofano et de Montecassino. En juillet 1944, il embarque avec son bataillon pour participer au débarquement de Provence. Avec d’autres Calédoniens du même bataillon, il remonte ensuite jusqu’à Belfort où en novembre 1944, il doit se retirer du front. De retour en Calédonie en mai 1946, il est marin pour la SLN et devient lieutenant. Il prend sa retraite en décembre 1975. Veuf, il est le père de sept enfants. « Les petits-enfants, on ne les compte plus », sourit-il.

Décès

Le colonel Jean MARTIN D'ESCRIENNE est décédé le 6 mai 2014 a annoncé sa famille. Il avait vu le jour le 6 décembre 1922 à Meursault, en Côte-d'Or. Il s'était engagé dans la France Libre à son arrivée à Londres en janvier 1943, via l'Espagne, le Portugal et Gibraltar. Cadet de la France Libre (élève aspirant, équivalent de Saint-Cyr), il s'était engagé comme simple soldat. Il avait participé aux campagnes d'Egypte, de Libye, d'Afrique du Nord et d'Italie, puis au débarquement de Provence dans les rangs de la 1ère Division Française Libre au sein du 22ème BMNA. Le 21 août 1944 à Hyères (Var), il avait été blessé d'une balle à la poitrine. Hospitalisé à Casablanca, il avait repris le combat en Alsace.

 

Nommé aide de camp du général de Gaulle à l'Elysée, en 1966, il occupa ce poste jusqu'au départ du premier Président de la Vème République, en avril 1969. Il resta à ses côtés jusqu'à la mort du général de Gaulle en novembre 1970.

 

Le colonel Martin d'Escrienne avait publié en 1973 chez Plon "Le général m'a dit ...1966 - 1970", puis en 1978 toujours chez Plon "De Gaulle, de loin et de près".

Il était Commandeur de la Légion d'Honneur.

 

LEGION D'HONNEUR

Roger Ludeau avec Yvette Quélen
Roger Ludeau avec Yvette Quélen

 

 

 

Roger Ludeau, ancien du Bataillon du Pacifique, vient d'être nommé Chevalier de la Légion d'Honneur dans le cadre de la promotion de Pâques. Ancien de Bir-Hakeim, il a récemment publié le récit de son parcours de combattant.

 

 

L'Amicale adresse ses félicitations à

 

Marcel OHRAN, Ancien du QG, nommé Chevalier de la Légion d'Honneur par décret du 30 avril 2014

 

Charles MILLOT, Ancien du BIMP, nommé Chevalier de la Légion d'Honneur. Il vient de fêter ses 100 ans.

CALENDRIER DES MANIFESTATIONS 2014

En cette année de commémoration du 70ème anniversaire de la campagne de France, l’ADFL organise cette année deux pèlerinages et participe aux cérémonies officielles.

 

 

Le calendrier des manifestations étant chargé, la Conseil a proposé que ces voyages ouvrent et concluent l’année de célébrations. Les autres évènements importants pour la 1ère DFL ne seront pas oubliés pour autant. L’ADFL y sera représentée par une délégation. Selon le vœu du Ministre de Anciens Combattants, nous mettrons à l’honneur nos anciens et tenterons d’organiser la venue d’anciens d’Outremer ou de leur famille.

 

D’ores et déjà vous pouvez vous manifester auprès de notre Secrétaire général Yvette Buttin-Quélen (1eredfl@laposte.net) pour annoncer votre participation aux deux pèlerinages ou faire partie de la délégation pour les cérémonies offcielles 

 

Le ministère des Anciens combattants organise trois manifestations nationales (c'est-à-dire auxquelles participera le Président de la République):

  • 6 juin : débarquement de Normandie
  • 15 août : commémoration du débarquement de Provence
  • 23 novembre : commémoration de la libération de Strasbourg

 

Pour l’ADFL, les dates importantes sont :

  • 15 août: débarquement de Provence
  • 3 septembre: libération de Lyon
  • 12 septembre : jonction 1ère DFL-2ème DB à Nod-sur Seine
  • 20 novembre: mort du général Brosset à Champagney
  • 23 novembre: libération et défense de Strasbourg

 

Le 11 juin, Jourmée de la 1ère DFL (sortie de Bir-Hakeim)

12h30 : repas au restaurant inter-ministériel des Invalides

16h00 : dépôt de gerbe au monument à la mémoire du général Brosset et aux morts de la 1ère DFL, quai Branly, Paris 15, près du pont Bir Hakeim.

16h30 : dépôt de gerbe au monument Koenig, place Maillot.

17h30 : rassemblement place de l’Etoile.

18h00 : cérémonie de ravivage de la flamme. La participation de M. le Ministre des Anciens Combattants, M. Kader Arif, a été sollicitée. Un détachement et la nouba de la 1ère Brigade Mécanisée seront présents.

 

Pèlerinage de Printemps du 12 au 16 juin.

Voir plus haut le programme du pèlerinage en Provence et de l'Assemblée générale.

 

Pèlerinage de Novembre du 20 au 24.

De Champagney à Strasbourg avec participation aux commémorations nationales de Strasbourg. Le parcours partira de Champagney où nous commémorerons les 70 ans de la mort du général Brosset, puis nous progresserons vers Strasbourg, à travers les villages d’Alsace où les hommes de la 1ère DFL se sont illustrés. Les déplacements seront effectués en car.

 

15 août : débarquement de Provence, avec défilé naval à Toulon

3 septembre: les festivités des 70 ans de la libération de Lyon

12 septembre: Nod-sur-Seine, jonction des 1DFL et 2DB: il y aura une célébration militaire avec la 2DB.

3 ou 6 octobre : Libération de Dieuze

VOIR TOUT NOTRE AGENDA... LIEN

IN SITU... les nouvelles ressources du site

Biographie d'Albert PIVETTE

Albert Pivette
Réalisée récemment par son fils Bernard à partir du tapuscrit d'Albert Pivette datant de 1971-1973. Engagé dès 1940, il a participé à toutes les campagnes de la 1ère DFL au sein du BIM puis du BIMP. Bonne Lecture !
mémoires albert pivette BIMP mai 2014.pd
Document Adobe Acrobat [9.5 MB]
Télécharger

La Photothèque a du Génie !

Grâce à Mardochée PARTOUCHE, la photothèque du Génie Lien  s'est enrichie d'une vingtaine de clichés, légendés par ses soins , nous vous proposons de découvrir la page de Mardochée Partouche Lien dont le parcours sera prochainement renseigné...

En route avec la DFL...

16 Janvier 2014 - Le B.M 5 dans la campagne d'Alsace : L'Illwald et Gerstheim

 

21 Janvier 2014 - OPERATION CANARD : LA SECONDE PARTIE VIENT D'ETRE REALISEE !

Cabanes Vieilles, Fort des Mille Fourches, Fort de La Forca, La Pointe des Trois Communes

Si vous souhaitez revoir la première partie......Lien (tout en bas de la page du parcours de l'Authion)

OPERATION CANARD PARTIE 2 -MADRANGES Isabelle et Jean-Pierre
operation_canard_partie_2(1).pps
Présentation Microsoft Power Point [5.7 MB]
Télécharger

LES HOMMES - LES CADETS DE LA FRANCE LIBRE

11 Janvier 2014 - La liste des CADETS issus de la DFL a été complétée... LIEN et la  Photothèque a été créée ! LIEN

1 DE LA DFL : souvenirs et témoignages

SOMMAIRE GENERAL (par unité ou par thème)

 


23/01- Paul PELLONI (13 DBLE) - Etablissement d'une tête de pont sur l'Ill

22/01

- René MALDANT (BM 4) - Pèlerinage à Lyoffans (1990) et évocation de ses combats

- Guy VADON (Santé) - Historique du projet de Memorial national de la 1ère DFL à Hyères les Palmiers, par son créateur

21/01 - Magny-Jobert, mon village dans la tourmente (25-27 septembre 1944), par Madame Villemot, institutrice

18/01 - Les Fusiliers Marins vus par un "Marsouin" ou l'hommage d'un "Biffin" aux Fusiliers Marins par Marc MONKOWICKI (BM XI)

15/01/2014

- Récit de son arrivée en Angleterre par Jean MAGNE (22e BMNA), Compagnon de la Libération

- Récit illustré sur la 2e Compagnie du BM 5 dans la Campagne des Vosges, par le capitaine Jean COQUIL

DECOUVREZ SES UNITES

Copyright Ordre de la Libération
Copyright Ordre de la Libération

16 janvier - Le 8e Régiment de Chasseurs d'Afrique (8e R.C.A) fait son entrée dans l'historique des Unités de la D.F.L. Cette unité fut "endivisionnée" ou placée sous les ordres du commandement de la D.F.L à partir du débarquement de Provence, et elle combattit notamment avec le 1er R.F.M. dans les combats des Vosges et de l'Alsace Lien

 

11 janvier 2014 - Historique du Bataillon de Marche n° 4 par Jean-Charles PLANTEVIN, Compagnon de la Libération (photo ci contre)

Historique de l'évolution de l'appellation 1ere DFL pendant la  durée de la guerre - nom de ses différentes brigades et tableau détaillé   présentant l'engagement de chaque unité au sein des grandes unités et brigades

Rubrique "Historique de la filiation des unités de la D.F.L"

Tableau synoptique établi par l'Amicale du 1er RIC/1er RIMA pour les unités de la 4ème Brigade de la D.F.L (BIMP/BM XI / BM 21)

PLAQUETTE AMICALE DFL
PLAQUETTE AMICALE DFL

Au fil de nos pages...

  MARCHE DE LA 1ERE DFL


"Il n'est pas question que l'on raconte            

En cent mots près de cinq ans d'actions.         

Pourtant, il faut faire un triste compte :          

Quatr'mill'morts dans notre Division !...        

Dès quarant' nos soldats héroïques              

Etaient là les armes à la main,                     

Sur le sol de la cyrénaïque                          

Faisant s'enfuir tous les Romains ! "            

 

Refrain…

"En avant ! Les Légionnaires,

Les Marsouins à l'âme fière,

Les Marins fonçant sur terre,

 Les Bigors...répondant à l'Appel !

Le calot bleu comme emblême,

L'écusson à Croix d'Lorraine ;

Le regard pur et sans haine...

Halte là ! VOICI LA D.F.L.